8a82068c-b951-4e4e-80f8-e699d74ab21b_16x9_788x442

Hadj Salah Abderrahmane est mort à l'âge de 90 en mars 2017, il y a un an. J'espère du fond du coeur qu'il a été accueilli dans le Vaste Paradis d'Allah. Il a été le président de l'Académie Algérienne de Langue Arabe (fondée en 1986).

Né le 8 juillet 1927 à Oran, le défunt a rejoint les rangs du Parti du peuple algérien (PPA) à l’âge de 15 ans et a été formé par les enseignants de l’Association des Oulémas musulmans algériens.

Il a poursuivi des études en médecine et s’est rendu en Egypte pour faire sa spécialité en neurochirurgie. Il a également suivi des cours d’arabe à la Mosquée Al-Azhar. Il a enseigné la linguistique à la faculté des lettres de Rabat en 1960.

En 1964, il a été désigné en 1964 chef du département de langue arabe et de linguistique à l’université d’Alger dont il devient le doyen en 1968. Le défunt s’est consacré par la suite à la recherche en linguistique, il a créé en 1980 un magister en linguistique avant sa nomination membre correspondant de l’académie de la langue arabe au Caire.

Le défunt avait été membre élu des académies de langue arabe à Damas, à Bagdad et à Amman et membres de plusieurs conseils scientifiques internationaux.

Le professeur Ahmed Guessoum a écrit : "Un dernier effort du Professeur Hadj Salah était sa présidence du projet «Al Dhakhira al Arabiya» (Corpus culturel et scientifique de la langue arabe), projet lancé en 2007 (après son adoption en 2004 par le conseil des ministres de la Ligue Arabe). Le projet visait la numérisation du corpus du patrimoine culturel et scientifique arabe (anciens manuscrits, encyclopédies, travaux plus récents, etc.) et création d’outils permettant d’exploiter sur le Web cette Dhakhira avec toute sa richesse potentielle, au profit de tous les utilisateurs potentiels. Professeur Hadj Salah présentait dans ses différentes conférences son rêve de voir d’immenses applications possibles de la Dhakhira, et non pas des moindres, dans les domaines de l’enseignement et de la pédagogie, entre autres. C’était bien une révolution scientifique calme qui avait été lancée. Malheureusement, très peu a filtré des résultats de ce chantier de collaboration panarabe."

Nous nous inclinons devant sa mémoire révolutionnaire, algérienne et arabe.

Une belle vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=vKQQUJmeW4s


Mohammed Futuwwa