Mounir Chafiq 1

Discours du Professeur Mounir Shafiq lors de l’ouverture du sixième colloque sur « La communication de la pensée au sein de la jeunesse arabe » qui a eu lieu à Beyrouth les 19 et 20 février 2016

 

« Tout d’abord, gloire au sixième colloque sur la pensée au sein de la jeunesse arabe.
Alors qu’elle entame la seconde moitié de son cinquième mois, l’intifadha d’al-Quds – la troisième intifadha – a prouvé qu’elle n’était pas un coup de vent éphémère, ni simplement une réponse au partage du temps de la prière, entre les musulmans et les juifs, au sein de la mosquée al-Aqsa. Cette intifadha a contraint Netanyahou à abandonner ce partage dès son premier mois, réalisant ainsi sa première victoire.

Malgré l’amplification de la répression, au point d’exécuter en pleine rue, et la reconduction des dispositions sécuritaires pour la contrecarrer, la pérennité de l’intifadha pendant quatre mois et demi prouve qu’elle progresse avec détermination et qu’elle ne cède rien en ce qui concerne la réalisation de ses quatre objectifs :

1- repousser l’occupation ;
2- démanteler les colonies d’al-Quds, et de Cisjordanie  ;
3- rompre le blocus de la bande de Gaza ;
4- libérer tous les détenus sans condition.

Ces objectifs sont un point d’accord entre tous les Palestiniens sans exception. Ils sont réalisables et aucune personne ni aucun État ne peut considérer l’occupation et la colonisation comme légitimes. Il en est de même du blocus sur la bande de Gaza et de la détention des prisonniers victimes de l’occupation.

Cependant, ces objectifs ne peuvent être réalisés que par le biais de la stratégie de l’intifadha et de ce qu’elle a engendré comme formes de résistance. Pour concrétiser ces objectifs, il est nécessaire de garantir sa pérennité et son intensification qui a déjà permis le blocage des rues, des villes, des villages et des camps par les masses en Cisjordanie , à al-Quds et à Gaza. Les masses palestiniennes ont annoncé qu’elles ne reculeraient qu’après le départ de l’occupation, le démantèlement des colonies, la fin du blocus de la bande de Gaza et la libération des prisonniers.

Frères et sœurs, imaginez les rues de Ramallah, d’al-Bira, de Naplouse, de Jénine, de Bethléem, de Beit Jala, d’Hébron et d’al-Quds, les villages et les camps bloqués par les masses, sous l’égide d’une unité nationale complète, persistant à ne pas quitter les rues tant que les objectifs de l’intifadha ne seront pas réalisés sans condition.

Pour ce faire, les rues arabes et islamiques ainsi que l’opinion publique mondiale doivent se mobiliser. Elles doivent contraindre les gouvernements à réagir, et ce même dans la confusion et l’embarras. Le but est de faire pression sur Netanyahou afin qu’il réponde aux objectifs de l’intifadha qui embarrassent tout le monde ; et qu’il se retire afin que le monde sorte de cette impasse.

La victoire de cette intifadha est certaine insha’Allâh, surtout si nous prenons en compte le fait que l’intifadha fait face à une armée vaincue lors de quatre guerres et brisée lors de sa confrontation avec toutes ces personnes qui descendent dans les rues. Tout comme l’intifadha fait face au gouvernement isolé de Netanyahou qui commet des erreurs.

Oui la victoire et cette situation sont garanties, avec la permission d’Allâh.
As-salamou alaikoum. »

Mounir Shafiq

Traduction : Souad Khaldi (http://mestraductions.unblog.fr)
Source : Page facebook de Mounir Shafiq