Abdellhafid Boussouf

Il est né en 1926 à Mila, où il suit ses études primaires. Confronté aux difficultés de la vie, il abandonne ses études pour travailler comme livreur à Constantine. Il adhère très tôt au PPA où il fera la connaissance de Mohamed Boudiaf et de Didouche Mourad. Membre de l’OS en 1947, dont il est un des cadres pour le Constantinois, il est responsable dans la zone de Skikda. Recherché par la police française après le démantèlement de l’OS en 1950, il entre dans la clandestinité et rejoindra plus tard le Crua, comme il prendra part à la réunion historique des “22” durant l’été 1954. Lors du déclenchement de la Révolution, il participe aux opérations en Zone 5, et devient l’adjoint de Larbi Ben M’hidi, le 5 Novembre 1954, après la mort au champ d’honneur de Benabdelmalek Ramdane. Il devient chef de la Wilaya V, après le Congrès de la Soummam, lorsque Ben M’hidi a rejoint Alger. Par sa forte personnalité et son habilité, il a su gérer la wilaya et entreprit, avec un courage exceptionnel, la mise en place d’un réseau de communication et de renseignement dans la Wilaya V d’abord, puis dans toutes les autres wilayas. Il est membre du CNRA en 1956, du Comité de Coordination et d’Exécution en 1957, puis ministre de l’armement et des liaisons générales (Malg) au sein du GPRA en 1958. Au début de 1959, l’acquisition des armes devient de plus en plus difficile, après l’édification des lignes Challe et Morrice. Aussi, et pour y faire face, le colonel Boussouf a créé un atelier de fabrication d’armes dans une ferme au niveau de la base Ouest. Les fusils et mitrailleuses fabriqués sont ensuite distribués dans les wilayas. Il est décédé le 31 décembre 1980.

(Source : El-Djeich)