Abdelkader Lamoudi


Né en 1925 à El-Oued, Abdelkader Lamoudi était le camarade du chahid Larbi Ben M’hidi au collège de Biskra durant l’année scolaire 1939/1940. Mais l ’avènement de la Seconde Guerre mondiale les empêchera de poursuivre leurs études. Il adhère au PPA en 1943, et constitue une cellule secrète du parti à El-Oued avec Hachemi Ounissi, Benmiloudi Ahmed et Mohamed Belhadj. Il est membre de l’OS à sa création et est chargé de constituer ses cellules. Lamoudi, qui a pris le nom de «Si Moussa», entame sa nouvelle mission en choisissant les militants répondant aux critères les habilitant à mener des hommes lors du déclenchement de la Révolution pour abattre le système colonial. Il s’acquitte de cette mission dans la région de Biskra, alors dirigée par Ben M’hidi, qui regroupait, outre la cellule d’El-Oued, celles de Biskra et d’Aïn Touta. Par sa situation géographique favorable, la région d’El-Oued et ses militants ont contribué avec efficacité aux opérations d’acquisition des armes en provenance de Libye et leur transfert à Arris où elles étaient stockées dans la ferme du martyr Ben Boulaïd, en prévision du déclenchement de la Révolution. Membre du groupe des 22, il fait partie des militants arrêtés le 1er novembre 1954, puis libéré. Au printemps 1955, il regagne Alger en compagnie du chahid Si El Haouès, en vue de renouer le contact avec d’autres éléments, mais en vain, du fait de la vague d’arrestation qui a suivi le déclenchement de la Révolution. Fin 1955, il est de nouveau arrêté et incarcéré à la prison Barberousse. Libéré, il reprend une activité normale de commerçant à Alger en parallèle, tout en poursuivant secrètement ses activités révolutionnaires au sein des cellules du FLN/ALN jusqu’à l’indépendance.