41488215_2133552163532733_4492555982257258496_n

 

Dans la tradition philosophique et philologique allemande, on distingue assez clairement deux notions, la Kultur et la Civilization. La distinction me semble utile pour notre discussion sur la renaissance arabo-musulmane en Algérie. La Kultur c'est la créativité de l'esprit, les fruits de l'esprit, la culture, l'esprit d'un peuple, les symboles et les images qu'il se donne pour penser le Monde. La Civilization est la vie matérielle d'une société. Les Allemands opposaient la Kultur germanique portée sur les choses de l'esprit, et la Civilization française, portée sur la domination de la matière.

J'ai l'intime conviction que l'expérience historique des Arabo-Musulmans nous rapproche de l'expérience germanique, au sens où cette expérience, nourrie de révélation coranique, appelle les croyants et les croyantes à la transcendance, à l'Un, au dépassement du crée. En même temps, cette affirmation d'un principe spirituel ne signifie nullement le mépris de la matière en islam. Au contraire, les Arabo-musulmans sont appelés à s'insérer dans le monde crée, à ne pas fuir la réalité matérielle. C'est pourquoi l'expérience arabo-musulmane est à la fois une histoire de culture et de civilisation, qui sont dans un rapport dialectique. Sans infrastructure matérielle, pas de création de l'esprit, et sans spiritualité pas de civilisation. C'est pourquoi il n'y a pas eu de rupture entre foi et raison en islam, entre les sciences traditionnelles et métaphysiques et les sciences quantitatives, celles de la matière.

Une affaire comme celle du procès de Galilée n'as pas de sens en islam. On se souvient de l'exhortation mohammedienne à aller jusqu'en Chine pour quêter la Connaissance ! En même temps, il y a bien eu décadence, torpeur, baisse d'intensité, anémie culturelle et crise civilisationnelle. Mais je ne crois pas que cela concerne l'islam en tant que telle. Je ne crois pas que l'on puisse parler de décadence de l'islam en occultant les paramètres de l'espace et du temps. En fait, c'est la composante arabe de la civilisation qui entre en décadence (je n'aborde pas ici les raisons de la décadence), à partir des 14ème et 15ème siècles, mais l'islam turc, avec les Ottomans, va trouver son Âge d'or, et l'Iran, avec les Safavides.

La colonisabilité bennabienne a affecté l'ensemble du Tiers Monde, l'ensemble du monde musulman, jusqu'en Indonésie, mais il est vrai que les sociétés arabes du Maghreb et du Machreq vont subir les assauts de l'impérialisme du Nord avec une grande férocité. Pour les Héros de la Nahda, le défi est double : 1) sortir de la dépendance qui sanctionne la domination impérialiste et 2) sortir de la décadence qui éteint la flamme de l'esprit et de la créativité. Le principal enjeu pour ces prochaines années est : comment pouvons réactiver une nouvelle nahda ? Et quelle contribution spécifique un pays comme l'Algérie peut-il apporter à cette nahda?