49376856_2197232377164711_1306692208660840448_o

On sait qu'en islam, la dimension juridique, celle qui distingue le halal du haram, est centrale. D’ailleurs, dans le sunnisme, les quatre écoles de théologie sont en réalité des écoles de droit. Le droit permet d'éviter l'arbitraire, la "loi" de la jungle. Il met en cohérence la vie de la Cité. Mais sait-on que cette dimension est une caractéristique des plus anciennes civilisations sémitiques, en particulier les civilisations assyriennes et babyloniennes ? Nous sommes, comme Arabo-musulmans, les fils d'Hammourabi, le "Premier" Juriste de l'humanité.

 

49126907_2197226687165280_7367099313396121600_n

14) Le code de Hammurabi, Editions Le Cerf, Collection Littérature Ancienne du Proche-Orient, 2002

C'est le plus ancien code juridique digne de ce nom, datant de 1800 ans avant notre ère, qui rassemble environ 300 règles d'ordre politique, pénal, civil et commercial à une époque où le souverain de Babylone avait pour objectif d'unifier son empire.

Outre le côté très surprenant du détail dans lequel va ce code (droit rural, droit de la famille, responsabilité professionnelle des architectes, des médecins etc...), c'est une lecture édifiante sur le plan de l'histoire des religions et des civilisations car on trouve déjà tous les interdits fondamentaux: la répression de l'inceste, de l'homicide, du vol et du faux-témoignage. Le système de preuves repose sur l'ordalie et les sanctions vont de la mutilation à la peine capitale en passant par déjà la Loi du Talion. Comme quoi, dans l'Histoire c'est un peu comme dans la nature: rien ne se perd, rien ne se crée vraiment...

 

 

 

49142963_2197225087165440_9024720389141430272_n

 

15) Les Lois assyriennes, Editions Le Cerf, Collection Littérature Ancienne du Proche-Orient- sept. 1976

Le texte des « Lois assyriennes » nous est connu par quatorze tablettes plus ou moins fragmentaires, découvertes à Assur, la plus ancienne capitale assyrienne, entre 1903 et 1914. Elles dateraient du règne de Téglatphalasar Ier (1112-1074) et seraient une compilation, c'est-à-dire une juxtaposition de documents préexistants. Elles permettent de reconstituer le droit assyrien concernant la famille, le mariage, les biens entre époux, les successions, la propriété foncière et mobilière, le droit pénal.