Mosquée Ommeyade

Qui a entendu parler du Cheikh Sidi Mehdi Seklawi (1783-1862) ?
Son destin est immense car il fut l’un des principaux oulémas algériens à appeler à la Hijra vers la Grande Syrie pour fuir la pénétration coloniale française. Un grand nombre d’historiens voient en lui l'instigateur d’un vaste mouvement d’immigration vers la Syrie après 1847. Il a largement contribué au renforcement des liens de fraternité culturelle, religieuse et politique entre l’Algérie et la Syrie.
Né en 1785 aux Ait-Irathen, en Kabylie, le Cheikh Sidi Mehdi Seklawi fut moufti, théologien. Il enseignait dans son région d’origine la langue arabe et l’enseignement coranique. Il pris le chemin de la Syrie en 1847. Il est décédé en 1861. Il était l'un des successeurs d'Ali Ben 'Isa, qui hérita de la direction de la tariqa soufie Ar-Rahmaniyya. En Syrie, il était accompagné par les chouyouk el-Moubarek, Ahmed, Sadiq. Ils devinrent des références en termes d’érudition, de piété, de sagesse et de patriotisme dans toute la Syrie.

Cet exemple, et tant d’autres, montre que contrairement aux croyances sans fondements des franco-berbéristes, la Kabylie était une terre d’arabo-islamité, intimement lié au Machreq arabe.