Emir Azzddine 1

L’Émir ‘Abd El-Qader a eu cinq frères, dont Mustapha. Celui-ci a eu comme fils Mahieddine qui a eu à son tour un fils, Azzedine, né vers 1900, dans la ville de Dummar (banlieue de Damas). L’Émir Azzedine a fait ses études à Beyrouth chez un érudit Malékite d’origine algérienne. Il fréquentera aussi le Collège de garçons de la "Mission laïque française"» de Beyrouth. Il sera également étudiant en droit à l’Université de Damas.

Mais le Destin est implacable et la machine de mort du colonialisme français ne respecte rien. Après l’occupation de l’Algérie, la France coloniale se lance, après la fin de la première guerre mondiale, à l’assaut du Machreq, avec les Anglais et les sionistes ! La Syrie et Damas sont la principales cible de l’impérialisme français, qui impose un "protectorat".

Une formidable résistance nationale et populaire se lève contre l’ennemi. Quand l’occupation française de la Syrie, commence, Azzedine à 20 ans. Sa haute conscience nationaliste arabe et sa foi profonde fait qu’il rejoint la résistance. Il en devient même l’un des chefs et l'une des héros. Ainsi, il participe à la glorieuse bataille de Maysaloun, en 1925. Au mois de juin de cette année, le jeune homme est à la tête d’un commando de 400 combattants nationaliste-révolutionnaires qui fait une incursion dans Damas.

Il participera à d'autres batailles : Bala (1927), Ain Tarma et Rugged Zakia et Wadi Maarba, Umm Al-Sharatit...

Il a été élu président de la société arabe, un comité nationaliste arabe .

Ce petit-fils de l’Émir Abd El-Qader, tombera au champ d’honneur et deviendra un chahid le 19 mai 1927, à Al-Ghouta, près de la localité de Aïn es-Saïb. Il est mort avec sept de ses compagnons lors d’une bataille fabuleuse contre l’ennemi. Une quarantaine de combattants Algériens l’accompagnaient dans cette ultime épreuve du feu. L’un de ces Algériens, Ahmed El Djazaïri, a livré ce témoignage exceptionnel. Selon lui, chaque fois qu’il faisait feu après la mise en joue d’un soldat ennemi , l’Émir Azzedine criait : « Vive l’Algérie ! Vive la Syrie ! Dieu, permettez-nous la victoire ou la mort en martyrs ! »

 

Emir Azzedine 2



Ses mérites, son excellence, son dévouement font que l’année d’après, les intellectuels nationalistes du Comité exécutif de la Conférence syro-palestinienne éditent un livre en son honneur : El Emir Azzedine El Djazaïri ( Le Caire 1928)

Il faut aussi un grand poète...

IL EST DRAMATIQUE QUE LE NOM ET L’HISTOIRE DE L’ÉMIR AZZEDINE SOIENT QUASIMENT INCONNUS EN ALGÉRIE ! CETTE AMNÉSIE EST MINABLE , CAR CE JEUNE HOMME EST MORT POUR LA DIGNITÉ ARABE. IL A RELEVÉ LE DÉFI DES « JOURNÉES ARABES » ET IL A REJOINT LA LIGNÉE SAINTE DES CHAHADAS.

Sur Azzeddine