double dinar d'or, qui date de 847-861, monnaie de la dynastie des Abbassides de Bagdad (califat de al-Mutawakkil)

Contrairement à une croyance, partagée malheureusement par beaucoup, le Beau n'est pas une catégorie variable, relative, dépendante des avis des uns et des autres. Nous affirmons ici, à la suite d'autres, que le Beau est une Qualité divine, et qu'à ce titre il ne saurait être l'objet d'un relativisme bien moderne-bourgeois-occidental. Un esprit non modernisé, non embourgeoisé, non occidentalisé reconnait immédiatement le Beau, qu'il soit au Japon, chez les Cheyennes ou les Sioux, à Baghdad, à Al-Andalus, dans la Mésopotamie ancienne ou dans l'antique Irlande ! Le Beau est un Absolu qui se conjugue au pluriel, au gré du génie des civilisations. Mais le Beau se reconnait au premier coup d’œil, si cet œil n'est pas individualiste-subjectiviste mais authentiquement traditionnel, rattaché à la Ligne des Voyants et des Visionnaires.

 

Le première illustration est un double dinar d'or, qui date de 847-861, monnaie de la dynastie des Abbassides de Bagdad (califat de al-Mutawakkil).

La seconde illustration, un samourai sur son cheval,  est une peinture japonaise de 1879,

La troisème illustration est un bas relief, exposé au Bristih Museum, décrivant le combat d'un roi d'Assyrie contre un lion.

 

Samurai On Horseback 1879

Lion hunt - Assyrian bas relief in the British Museum