Dabke palestinienne El-Qods

Pourquoi luttons-nous ? Pourquoi mourrons-nous ? Pourquoi faut-il garder la mémoires des vraies révolutions arabes ? Pourquoi se souvenir du Premier Novembre algérien et du Premier Janvier palestinien ? Pourquoi faut-il nourrir la mélancolie ? Pourquoi faut-il pleurer et refuser les divertissements de l'âme et du corps ? Pourquoi faut-il défendre nos morts, nos chouhadas, nos héros ?

Nous luttons et mourrons pour qu'aujourd’hui commencent ce que les Anciens appelaient les "Journées des Arabes" (Ayyam al-Arab), les jours de grandes aventures, les jours de la fusion, dans nos âmes, de l'or, du feu et de la lumière ! Les jours de la fusion de l'acier et de la poésie ! Les jours de la fusion de la foi et de la révolution !

Nous luttons et mourrons pour que les fils et les filles de Palestine et d'Algérie, du Yémen et d'Iraq dansent... de la Zendali constantinoise à la dabké du bilad ach-Cham.