12 août 2018

Le Cheikh El Okbi au Cercle du Progrès, par Sadek Sellam

Les signes de “réveil” de l’Islam algérien remontent aux années 1890. Les tentatives de rénovation religieuse par des cheikhs d’alors, comme Salah Ben Mehanna et Abdelkader Medjaoui, laissèrent un profond souvenir. L’administration, qui avait alors la hantise du “ péril islamiste ”, les combattit sans établir  la preuve d’une influence orientale sur les deux précurseurs. Malgré la vigilance administrative, des lettrés et des religieux de la génération suivante purent entrer en contact avec le mouvement de la Salafiya orientale.... [Lire la suite]