Mémoire

 

Si elle n’est pas animée par la Mémoire la plus longue, notre conscience cesse d’être arabe, elle meurt, elle rejoint les fantômes du monde moderne occidental, de ses simulacres, de ses impostures et de son néant.

Aujourd’hui, je le proclame : être arabe, ce n’est pas seulement parler arabe, c’est être capable d’amener à la conscience la mémoire arabe la plus haute. Amnésique ou prisonnier de la déprime du présent,

nous cessons d’être arabe !

Dorénavant le « Iqra » coranique (اقرأ) (Lis !)

doit être vécu, pratiquer avec le « Tudhkar » de l’arabité (تذكر) (Souviens-toi !)